PROMESSE TENUE

Enfin libre!
Je respire enfin à l’aise.
Tout ce chemin parcouru, ce silence involontaire, comme une promesse non tenue, alors que le dernier manuscrit existait et qu’il eut été si facile de le laisser vivre, rejoindre ses lecteurs, et se laisser aimer, ou pas.
Au printemps 2010, j’arrivais au terme d’un cycle d’écriture de sept ans. Le récit des Enfants de la nébuleuse, commencé en 2003 grâce à une bourse de 20 000 $ du Conseil des arts du Canada, et poursuivi au fil des ans à travers les contrats et les aléas de la vie, arrivait finalement au bout de son voyage dans un cinquième et dernier tome, L’année du jubilé, qui n’a, à ce jour, jamais été publié.
Chaque année, depuis 2006, je terminais un tome de la pentalogie qui paraissait chez Vents d’Ouest au moment de la rentrée sous les auspices de Colette Michaud, sa directrice générale. En avril 2010, le dernier manuscrit finalement achevé, je l’ai présenté comme nous en avions convenu à Michel Lavoie, devenu responsable des publications chez VO deux ans plus tôt. Étrangement, cette année-là, contrairement aux deux précédentes, il m’a annoncé qu’il ne l’avait pas inscrit dans le calendrier des publications.
Puis, les quatre tomes déjà parus ont rapidement été envoyés au pilon après qu’on m’eut offert d’en racheter les exemplaires à prix dérisoire, comme il est d’usage en édition quand on ne veut plus des livres dont on a la charge.
Un autre cycle de sept ans a alors commencé, un cycle de chagrin, d’espoirs de publication avortés, et s’en est allé. Jusqu’à ce que je décide de passer outre la barrière, comme on appelle à Lomé le rouleau de vagues qu’il faut franchir à ses risques et périls pour atteindre le large ou au contraire parvenir à regagner le rivage, et qu’avec l’aide précieuse de mes neveux Pascal et Dominique, je m’invente un fonds de commerce, une page où je serais seule aux commandes.
Les enfants de la nébuleuse allaient revivre.
Je ne suis pas peu fière aujourd’hui de l’offrir gratuitement aux lecteurs qui auront envie d’embarquer dans l’aventure pour la découvrir ou simplement pour en connaître le dénouement.
C’est la raison d’être de ce site. Offrir librement ce que j’ai écrit avec passion et en toute indépendance, puisque je n’ai jamais su obtempérer aux éditeurs qui ont tenté de me dire quelle recette suivre, quel mot ne pas employer, quelles pages supprimer.
Il n’a fallu qu’un geste très simple, celui de mettre l’histoire à la disposition du lecteur qui en fera usage au gré de son bon vouloir.
Promesse tenue!
Ann :0)
Québec, 14 février 2018

Publicités